Saint Pierre

Randonue-libre au vallon de Saint Pierre

Je suis un président comblé ! J'avais demandé à Gloria de rédiger un compte rendu et je me retourve avec trois CR pour la même randonue.

Texte écrit par Gloria :

Nous sommes arrivés avant l’heure, avec un peu de temps pour décider entre une rando ou une baignade. Nous décidons de faire une boucle de près de 10Km avec comme but la cascade de Verraillon.  Pour cette partie, nous sommes cinq personnes, quatre hommes et une femme, nous commençons la randonnée  par un chemin entouré d’une forêt de pins. Il fait beau mais un peu frais pour me déshabiller toute suite,  mes compagnons ne sont pas du même avis puisqu’ ils sont tous très à l’aise en tenue d’Adam.  La conversation s’installe rapidement  entre Jean-Paul, Alain et Eric pendant que nous parcourons le chemin à pente douce. On traverse des cours d’eau très minces ou on peut voir un lit de pierres presque plates. Après 1h, nous prenons un raccourci, on grimpe bien et on sent l’air plus chaud mais j’hésite en me déshabiller, je suis l’unique femme. Nous reprenons le chemin près du lieu-dit « les Colettes » en longeant un canal d’eau. Au début, on grimpe un peu mais après nous sommes à nouveau à plat, entouré d’un côté et de l’autre de beaux hêtres qui en se touchant par leurs branches font un vrai couloir vert,  très agréable. Après 0.7Km, nous trouvons la chapelle Saint Pierre, construction romaine datant du XIII siècle, nous rentrons, c’est le bonheur la fraicheur  qui est donnée par la pierre. Nous continuons le chemin et après 300m, voilà  enfin la cascade de 15 mètres ??  Qui se verse dans une vasque, magnifique !! Nous faisons alors demi-tour parce qu’à cette époque de l’année le lieu est très fréquenté et nous préférons chercher un autre endroit plus calme pour le casse-croute. Après une marche de quelques minutes, nous descendons sur le Verraillon dans un lieu ombragé pour manger. C’est le moment pour me déshabiller, il fait chaud et je voudrais me rafraichir. JP dit que l’eau est aussi glacée que l’Artuby, mais Eric et moi nous entrons dans l’eau, Michel et Alain préfèrent  attendre un meilleur endroit pour la baignade. L’eau est froide mais rafraichissante et vivifiante. Taboulé, salades, tomates du jardin (cerises et cœur de bœuf) seront à notre repas. Eric et moi commencerons notre repas quand les autres sont en train de finir le leur, mais nous partageons ensemble le café. Nous sommes de nouveau en route, je suis très confortable nue et fraiche. Nous descendons doucement en passant par le lit à sec d’un ruisseau, entouré de dalles de pierre où JP et Eric nous montrent des empreintes de fossiles de 40 cm de diamètre, très impressionnant. Le ciel est bleu et le soleil est fort maintenant, un peu plus d’écran solaire, le t-shirt  ou une serviette protègeront les épaules sont les bienvenues. Nous arrivons à  un cours d’eau où  nous faisons deux arrêts dans de petites vasques, nous nous rafraichissons, entouré de pas mal de textiles, c’est l’été !! La conversation s’anime entre Eric et Alain, JP et Michel, pendant que je profite de l’eau. Nous reprenons le chemin du retour.  En arrivant à la voiture, nous nous habillons pour aller partager une boisson à Tracastrel, une bière, un panaché, un orangina et une menthe à l’eau feront notre bonheur  en cette fin de journée. J’ai un petit mal de tête et mes jambes sont fatiguées mais je suis très contente de cette randonue. Merci à tous.     

Gloria  

Texte écrit par Michel :

Ma première randonnue

Nous devions être huit, nous sommes cinq : Gloria, Eric, Alain, Jean-Paul et moi pour qui c'est la première randonnue.
Après une centaine de mètres, je m'aperçois que je suis le seul à ne pas avoir abandonné mes vêtements. Voilà qui est fait : je suis en tenue de peau. Après une minute, toute appréhension a disparu grâce à la présence du groupe et il ne me reste plus que le plaisir d'être nu en communion avec la nature.
Nous parcourons un large sentier ombragé et plat jusqu'au franchissement d'un petit ruisseau. Une petite montée toujours ombragée après ce ruisseau puis nous arrivons à la lisière d'une prairie sur laquelle se trouve une vaste propriété. Il semble que le seul point d'accès est le sentier que nous empruntons. Nous nous rhabillons et Jean-Paul va discuter avec la propriétaire des lieux. Nous continuons jusqu'à la jolie cascade, cascade en deux parties.
Nous rebroussons chemin, franchissons le torrent et nous arrêtons là en retrouvant notre tenue favorite. Jean-Paul fait quelques pas dans le torrent. Il trouve l'eau froide, ce qui n'empêche pas Eric de le suivre. Gloria y va à son tour et se baigne totalement des pieds à la tête.
Puis nous déjeunons. Nous apprécions la fraîcheur que nous offrent les arbres et la proximité du torrent.
Après le repas, descente vers un torrent à sec que nous parcourons jusqu'à rejoindre le torrent de Verrallion. Jean-Paul a prévu un bain dans une vasque mais elle occupée par un groupe venu avec des ânes ! Nous nous habillons le temps de passer le groupe. Nous quittons le sentier pour rester dans le lit du torrent. C'est plus loin que nous trouvons une vasque obstruée partiellement par un tronc d'arbre que Jean-Paul a tôt fait de dégager à l'aide d'une scie.
La baignade est agréable dans cette eau douce et rafraîchissante.
Puis nous continuons dans le torrent jusqu'à proximité du parking où il faut bien remettre les vêtements.
Une très agréable journée, randonnée facile ombragée en grande partie.
J'invite celles et ceux qui hésitent encore à rejoindre le groupe.

Michel

Texte écrit par Eric :

La sortie du jour se situe peu après les clue de St-Auban, vers 11h nous nous garons près de la rivière St-Pierre. Nous sommes  5 personnes pour cette randonue, finalement nous nous décidons pour une marche d’environs 10km formant une boucle entre le pont de St Pierre et les Colettes. La température est agréable en ce mois d’Août et le ciel est complètement bleu.  Nous suivons tout d’abord le chemin près de la rivière en direction des Colettes, Il y a encore un filet d’eau dans la rivière et le sol est assez sec dans les environs. Nos passons d’un côté de la rivière à l’autre par un nombre innombrable de gués (heureusement, il n’y a pas beaucoup d’eau). Nous prenons rapidement un petit raccourcit qui monte assez sec en direction des Colettes, le chemin est entouré de clôture électrifiée pour les chevaux ou les ânes. Nous arrivons après une demi-heure de marche près des Colettes, Jean Paul nous demande de nous de passer un short car la responsable lui a dit que ces enfants jouaient dans les environs. Jean Paul par discuter avec cette personne qui s’avance vers nous et nous indique la route à suivre au milieu de leur propriété privée. Nous suivons un petit faussée d’où coule une eau de captage d’une source situé à près d’un kilomètre au pied d’une cascade naturelle. En chemin, nous nous arrêtons à une chapelle bien conservée et nous faisons une petite visite. Ensuite, le chemin passe dans un corridor formé par des arbres assez dense (merci à l’eau courante à leurs pieds) et débouche sur une cascade de plusieurs mètres de haut fermant le chemin. Eric s’aventure sous la cascade pour faire quelques photos, mais le groupe fait de suite demi-tour  afin de trouver un endroit près de l’eau pour manger. Sous la chapelle, une descente très pentue nous amène à notre lieu de restauration. Jean Paul tente une baignade sans conviction dans l’eau à peut-être 15°C. Gloria accompagné par Eric effectue une submersion dans l’eau sans broncher puis retour pour un repas gastronomique. C’est le retour, nous nous engageons dans le ravin des Colettes, en fait, nous suivons le lit d’une rivière asséchée, c’est le désert complet sur plusieurs kilomètres, l’impression est étrange. Notre parcours est ponctué par une chasse aux ammonites géantes exposées sur de grandes dalles rocheuses. Et finalement nous arrivons à l’eau, qui provient d’un autre affluant, toutefois il y a également affluence de textile divers et varié accompagné d’enfant ou d’ânes (à ne pas ranger dans la même catégorie).  Nous poursuivons notre chemin en quête de notre Eldorado, en fait une flaque d’eau accueillante. Nous en trouvons plusieurs mais déjà occupé par divers groupes, nous finissons par poursuivre notre retour directement par la rivière. Nue en sandale ou avec les pieds nus nous passons plusieurs groupes avant de trouver notre petit coin à nous. Bon d’accord, c’est un boulevard, bien que nous soyons isolé à l’écart du chemin, des petit groupes passent à côté de nous, nous échangeons un salut.  Malgré tout, nous profitons d’une baignade dans de l’eau à presque 25-30°C, c’est sympa ! Allez un dernier café pour la route et nous rentrons aux voitures par le lit de la rivière, nue bien évidemment.  Un couple nous rejoint et nous passe, puis nous mettons des chaussures de marche et nous les dépassons rapidement en sautant de pierre en pierre et d’une berge à l’autre de la rivière. Nous finissons la sortie au bar à l’entrée de St-Auban, Alain nous paye la tournée. Nous lançons quelques idées sur nos prochaines sorties  et nous rentrons au pays des textiles, nous déposons Michel à Cagnes et nous rentrons fourbue dans notre humble demeure.

Eric