Martre

La Martre

RAPPORT « CIRCONSTANCIE » DE LA RANDONUE A LA MARTRE LE 27 AOUT 2011….

Chose promise à Jean-Paul, chose due, voilà le compte-rendu de cette aventure…
Ce samedi matin le ciel est dégagé mais un vent à glacer une super nova souffle sur la Martre.
Drôle de temps pour une première expérience de randonue… Après avoir regardé le thermomètre (14°), trouvé le groupe, nous nous présentons.
Bonjour Jean-Paul, notre guide,  Gaby, Jean-Louis, Michel, Isabelle et François…!
Nous, Claudine et Nathalie, nous sommes les  nouvelles.
Le premier contact est facile et naturel avec tout le groupe.
Nous voilà repartis pour rejoindre le point de stationnement des véhicules. Ouf…Encore quelques minutes de répit au chaud dans la voiture…
Allez, courage, il est temps de se déshabiller.  Isabelle et François bravent les éléments suivis de Jean-Paul. Les autres…attendent des cieux plus cléments.
Hop, en route.  La randonnée semble facile (enfin…plus pour les autres que pour moi…) et des jolis paysages défilent. Un petit gué à passer. Plouf ! Certains, dont je suis, auront les pieds au frais, d’autres se déchaussent. Après un bon petit dénivelé, une pause café méritée et une autre pause au soleil dans une clairière qui a beaucoup plu à Isabelle,  nous voilà suffisamment réchauffés pour que nos peaux profitent enfin du coté nu de la rando….
Après l’effort, le réconfort : la descente ! Le vent s’est radouci et le temps est presque idéal.
Joyeux mix de randonnée et de naturisme, ma première randonue (première rando tout court d’ailleurs…) est très conviviale.
Arrivés à la petite chapelle romane, grand débat pour déjeuner : rivière ou abords de la chapelle ? Finalement, nous cherchons un petit coin à l’abri du vent, prés de la chapelle.
Jean-Louis et Gaby nous narrent (à la marseillaise…) leur visite interdite d’un pont de lianes en Afrique pendant que les pinards circulent…sortis du sac de Jean-Paul et Jean-Louis.
Le terrain pentu fait glisser Michel de sa serviette et les discussions vont bon train.
  Pour la naturiste « de plage » que je suis,  me voilà suffisamment à l’aise et réchauffée pour me déshabiller complétement et profiter du plaisir de déjeuner, les pieds dans l’herbe, en excellente compagnie.
Ayant des contraintes d’horaires familiales, nous avons dû abandonner le groupe qui a poursuivi sa rando.         

Merci à tous de nous avoir si convivialement accueillies et merci à Jean-Paul pour sa gentillesse et son aptitude à nous mettre à l’aise.

« Puissiez-vous accueillir le soleil et le vent avec plus de votre peau et moins de vos vêtements car la main de la vie est dans le soleil et son souffle dans le vent. »  Khalil Gibran.