Randonue au Dolmen de l'Amarron

Randonue du Samedi 23 Octobre 2010

LE DOLMEN DE L’AMARRON

Lieu : Rendez-vous au bout d’une petite route goudronnée, au niveau du Domaine de Garbelle, à Garéoult, près de Brignoles.  Distance : 11 kms. Nous étions 14 sans compter Loulou (le chien d’Isabel) qui était lui aussi de la partie. Le rendez vous avait lieu à  10 H 00.  Au début de la randonue, il ne faisait pas très chaud mais dès le départ, tout le petit groupe a revêtu sa tenue de randonneur nu.  Le parcours a été bien préparé par Jean Marie et Elisabeth, ils ont été  jusqu’à prendre le soin d’imprimer le plan du dolmen (et toutes ses indications) dont nous étions à la recherche pour faire notre pause pique nique le midi.  Il s’agit d’une sépulture, une couche archéologique unique de 30 cm, qui contient les restes d’au moins 15 individus (12 jeunes adultes et 3 enfants). Ce fût une randonue très « bavarde » (nous ne citerons aucun nom) Il y avait 4 filles et certains ont trouvé là une raison suffisante pour expliquer le phénomène. Nous avons entendu le bruit des chasseurs et de leur chien au loin mais nous ne les avons pas vus. C’est à des rythmes différents, certains préférant une marche plus rapide et silencieuse se plaçant devant que notre petit groupe a traversé de beaux paysages, en marchant souvent en file indienne et en riant beaucoup.  Isabelle a mis un tigre dans son moteur pour affronter de très longues montées vers le sommet. Jean Paul (d’Aix) a ouvert la marche et a pris soin du groupe, en débroussaillant le chemin, parfois un peu trop méticuleusement au goût de certains qui commençaient à se refroidir du fait du ralentissement de leurs pas. Mais c’était une très bonne attention. Nous avons trouvé quelques  cairns sur notre chemin.  La bonne humeur a animé le groupe jusqu’à l’heure du déjeuner qui arriva enfin vers 13 h 00.  Un bon repas a récompensé les efforts de chacun : tapenade aux olives vertes (préparé par Olivier), un bon verre de vin, des pates de coing préparées par Guy et Jean Paul, des biscuits au chocolat…  du café, de l’armagnac… bref, tout ce qu’il faut pour bien se restaurer… Au moment du repas, nous nous sommes amusés à imaginer ce qu’il devait se passer là autrefois, près du dolmen, entre deux murs de pierre en ruines. Et la marche a repris vers 14h00.  Pour le plus grand bonheur de tous, nous avions la chance d’avoir dans le groupe une chanteuse (Isabel)  et un conteur (Claude) bout en train qui a entraîné une cascade de blagues, chacun en rajoutant une et le chemin nous a paru beaucoup plus facile ainsi. Il faut avouer aussi que le retour était plus simple après le déjeuner et pour cause, que de la descente. Nous avons croisé avant d’arriver à nos voitures, garées sur un petit parking, une camionnette  et le monsieur qui nous a surpris au détour d’un chemin n’a pas semblé surpris plus que cela, en voyant notre petit groupe, marchant d’un bon pas, en tenue « légère » nus et sacs au dos. A notre arrivée, l’équipe était au complet. Nous avons marché jusqu’à 17 h 00, sous un soleil timide et souvent caché par les nuages et sommes allés boire un verre tous  ensemble à « GARER OU » (Garéoult), près de Brignoles, mais on ne vous recommandera pas l’accueil du patron, JO, qui n’était pas très chaleureux.

Nous avons passé une très bonne journée. Merci à Jean Marie et à sa femme pour le choix de ce joli parcours.

Texte rédigé par Patricia

Commentaires (1)

Jean
  • 1. Jean | 27/10/2010

Patricia a oublié d'évoquer la phrase de la journée digne d'un dialogue d'Audiard . Cloclo , alias le "Claude le conteur" , était tout content de poser pour la photo entouré de 5 charmantes clodettes . Quand sans prévenir , son épouse Chantal dégaine : " Tu es peut être troublé par la présence de 5 femmes à tes côtés mais n'oublie pas de reprendre ton sac à dos " .
Cassé !

Et puisque l'on parle d'Audiard :


N'oublie pas ce qu'a dit le médecin : cinq gouttes. La posologie ça s'appelle. Et de la posologie au veuvage, c'est une question de gouttes

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau