Arborétum

Visite de l'Arborétum de Roure

Arborétum.jpgArborétum de Roure - Samedi 29 octobre 2011

Alors que nous empruntons la D202 pour gagner l'arrière-pays, le soleil qui illumine les sommets promet une agréable journée. Journée rando "extraordinaire" puisque nous sommes attendus officiellement à l'Arborétum de Roure pour une visite en tenue de peau!
Là-haut, le panorama est somptueux. Les sommets sont encore verts et les flancs qui se jettent dans la vallée de la Tinée sont illuminés par des arbres aux couleurs éclatantes.
A notre arrivée, le parking est vide mais bien vite une caravane de voitures ne tarde pas à nous rejoindre, car bien entendu  personne ne veut manquer cette occasion!  Valentin, le guide nous accueille en nous expliquant qu'il a veillé à fermer les accès au domaine. Mais est-ce vraiment si important? Pour Les Randonneurs Nus de Provence, c'est surtout une très belle occasion de montrer qu'on peut ouvertement pratiquer la randonnue dans une structure plus habituée aux textiles. p1030279.jpg
Une vingtaine de randonnueurs emboitent alors les pas de Valentin notre guide, et après avoir décidé du déroulement de la journée, empruntent les sentiers jalonnés d'espèces végétales endémiques et celles venues d'autres horizons particulièrement chouchoutées par  les spécialistes de l'arborétum.
Le soleil nous inonde généreusement de ses rayons mais il fait quand même un peu frais surtout à l'ombre. Alors si les plus courageux d'entre nous, et en premier Jean-Paul notre président se dévêtissent, moi je préfère garder mes vêtements car je sens bien que jongler entre les zones ombragées et le porte-bébé va être compliqué! J'espère cependant pouvoir me libérer de toutes ces contraintes pour la pause déjeuné puisque Valentin nous promet un joli plateau d'herbes ensoleillé au menu!
p1030268.jpgL'arborétum s'est associé avec un collectif d'artistes contemporains "No-Made", et leurs œuvres des plus surprenantes aux plus classiques sont clairsemées dans la végétation. Parmi les cocotes en papiers suspendues en travers du sentier et les sculptures de bouteille recyclées, je suis ravie de retrouver une œuvre de Nicolas Lavarenne, un nu de  jeune femme en bronze élevé vers le ciel par d'immenses échasses.
Après cette balade enrichie par les explications de notre guide, passionné par ses montagnes et sa vallée de la Tinée, nous sortons du domaine pour gagner l'endroit où nous déjeunerons. Pour ne pas croiser les chasseurs qui empruntent le chemin principal avec leurs véhicules tout-terrain, Valentin nous conduit sur un petit chemin qui grimpe entre les mélèzes dorés par l'automne.
Afin que les moins aguerris puissent faire une pause, nous décidons de prendre le déjeuner avant d'atteindre le plateau. p1030282.jpgChristelle et Christian nous gâtent  avec leurs délicieuses préparations maison, et un vin d'orange qui réchauffe le cœur!
Beaucoup profitent de cet arrêt pour  se mettre en tenue de peau, mais sous les arbres, l'humidité ne m'encourage pas à les suivre! Ce n'est définitivement pas ma journée en tant que naturiste!
D'ailleurs nous reprenons bien vite la balade et c'est seulement dix petites minutes  plus tard que nous atteignons le petit plateau ensoleillé et y prenons le café. Les enfants jouent et les plus grands se prélassent profitant de la douceur des rayons solaires.
p1030290.jpgNous quittons l'endroit avec regret mais l'entrain revient bien vite car la forêt nous dévoile peu à peu ses secrets au gré des commentaires du guide. Pour le retour nous reprendrons la voie carrossable. Valentin veut nous montrer les vaches locales mais celles-ci ne sont pas au rendez-vous bien que des traces "fraiches" marquent leur passage récent! Nous croisons beaucoup de gros 4*4 de chasseurs, un peu surpris de trouver un "tout-nu"  parmi les "tout-rhabillés", car l'après-midi s'achève doucement et seul Jean-Paul est encore en tenue de peau.p1030299.jpg
Les voitures regagnées, nous redescendons vers le charmant village et c'est devant un verre réconfortant à l'Auberge Le Robur que s'achève cette magnifique journée mais chacun immortalise une dernière fois le paysage vertigineux et le village de Saint Sauveur de Tinée niché dans le creux de la vallée. Nous remercions Valentin en promettant de revenir très vite pour découvrir en sa compagnie d'autres chemins... en tenue de peau évidemment !

Texte écrit par Pascaline.