Randonue-libre dans les vallons du Bessillon

 

Nous sommes 22 pour cette randonue-libre. Il y a 6 femmes, 2 enfants en bas-âges et deux chiens. Jean-Marie nous fait découvrir les vallons du Bessillon par des sentiers très peu marqués. La balade commence par une petite piste qui borde un champ de vignes, puis très vite la piste se transforme en un sentier à peine visible. C'est là que toute la troupe se déshabille. Nous voilà tous nus, sauf le mari à Pascaline et son fils. Le sentier est apparemment entretenu par les chasseurs, il y a quelques arbres coupés à la tronçonneuse. Puis au bout de quelques minutes le sentier devient très étroit, il faut sortir les sécateurs pour passer sans se faire égratigner par les branches. Il y a quelques passages un peu plus difficiles à franchir, la végétation ayant repoussé plus vite à cause de la présence d'un petit ruisseau. Après cette difficulté, nous sommes sur une piste pas très fréquentée que nous quittons rapidement pour pénétrer dans un vallon où la végétation est dense. Les sécateurs travaillent à plein régime. En tout cas ce n'est pas ici que l'on rencontrera autrui !  

Après cette longue partie dans les arbres, nous voici de nouveau sur la piste qui mène à la ferme des Esclavaux. 

                

Quelqu'un dans le groupe s'exclame, " normalement c'est là que l'on croise des motards ! ". Nous avons à peine fait quelques dizaines de mètres qu'une troupe de motards surgit devant nous, nous nous mettons sur le côté pour les laisser passer, mais eux s'arrêtent aussi, je ne sais pas pour quelle raison : peur de nous déranger ? Nous leur faisons signe de passer. Ils sont très nombreux, je ne les ai pas comptés mais je pense qu'ils étaient plus que nous. Un des motards s'arrête à notre hauteur et nous dit qu'il y a derrière eux des 4*4 avec des enfants, nous n’avons pas le temps de nous rhabiller qu'ils sont déjà là, je leur fait signe de la main et ils nous répondent de la même façon. Nous quittons assez vite cette piste très fréquentée par des gens sympathiques et pas du tout effarouchés par notre tenue. Nous arrivons dans une oliveraie, une partie des arbres ont été récoltés mais pas la parcelle la plus éloignée de la ferme. Bertrand, qui depuis le début de la randonue mange des herbes qu'il choisit méticuleusement nous fait découvrir que l'on peut manger les olives tombées à terre. J'en ai mangé, elles sont très bonnes. Après notre repas toujours très convivial nous repartons par des sentiers un peu plus larges, mais toujours très peu fréquentés. A plusieurs reprises nous franchissons des clôtures électriques que nous prenons soin de bien remettre en place. Bertrand nous fait découvrir sur la piste une sorte d'algue bonne à manger, mais elle sécrète des toxines (Bêta-N-méthylamino-L-alanine)qui peuvent gravement affecter la santé des consommateurs. 

Nous sommes restés nus pendant 7h en comptant le repas, quelle journée magnifique. Nous avons énormément de difficulté à nous rhabiller après une journée pareille.

JP Guido

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau