Randonue balisage entre Sallagriffon et Sigale

Img 4169Le mardi 1er novembre : Balisage du sentier GR 510 section ‘Sigale-Sallagriffon’. Trilogie qui avait débuté par la section ‘Saint Antonin-Cuébris-Roquesteron’, suivi de ‘Roquesteron-Sigale’.

Pour profiter de l’ensoleillement et du relief descendant, nous partirons de Sallagriffon vers Sigale.

En début de matinée au village de Sigale, avec Jean-Paul, nous retrouvons Pierre qui nous conduit à Sallagriffon.

Equipés du matériel de peinture pour le rafraichissement des balises, et de sécateurs pour la végétation envahissante, nous voilà sur le sentier GR 510. Ce dernier avait été balisé 2 ans plus tôt, il s’agit de raviver les peintures altérées par les effets du temps.

Départ côté ubac, où les vêtements restent supportables dans la fraicheur humide des sous-bois agréablement parfumés par des odeurs de mousse et de champignons.Img 4179

Le sentier est magnifique sous les couleurs de l’automne : les rouges côtoient les jaunes, toute la palette des marrons est présente. Puis les premiers rayons du soleil ravivent le tout apportant une température douce, ce qui nous permet de continuer notre chemin dans notre tenue favorite.

Nous déplorons certains panneaux indicateurs du Parc Naturel Régional vandalisés ou cassés, hélas non réparés malgré le fait d’avoir signalé leur état il y a 2 ans.

Vers midi, nous arrivons à la clue de Riolan, (qui serait la plus belle des Alpes-Maritimes) : falaises étroites aux roches tourmentées cependant majestueuses, encadrant une clue vertigineuse enjambée par le pont du Riolan.

Le site étant magnifique nous déjeunons sur le pont baigné par le soleil.

Img 4187Le pont du Riolan fut le poste frontière entre la France et le Comté de Savoie (Royaume de Sardaigne) jusqu’en 1860.

Une plaque en marbre rouge au centre du parapet du pont rappelle :

Pont du Riolan

Pont sarde qui servit de frontière entre la FRANCE

et le Comté de Savoie jusqu’en 1860

 restauré en 1998.

 

Nous recherchons aux extrémités du pont les bornes ou insignes gravées dans la roche de la falaise : Fleurs de Lys pour le Royaume de France et Croix pour le Comté de Savoie.

Jean-Paul repère la Croix de Savoie, référencée du n° de la borne frontière 72. Par contre, impossible de retrouver la Fleur de Lys côté France.

Commentaire du bornage de 1761Img 4191 zoom

«… son état ruineux et se petitesse (du pont) n’ayant pas permis d’y placer une borne, nous avons fait graver les armes des deux rois sur deux rochers fixes qui se trouvent l’un sur la rive droite et l’autre sur la rive gauche… » (Verbal du 4 octobre 1761, cité par Denis Andreis, Mémoire Maitrise p.74)

En 1821 lors de la reconnaissance du bornage de 1761 on constate : «… les armes des deux rois qui avaient été gravées sur des rochers fixes au deçà et au-delà du pont en pierre sont effacées… » (Procès-Verbal du comte de Malausséna, 27 septembre 1821, A.D.A-M., Fonds Sarde, liasse 151/3f°3).

Source : Frontières du comté de Nice : « à la recherche des bornes perdues »

Nous reprenons notre progression aux dessus des gorges du Roilan, avant que ce dernier se déverse dans l’Estéron. Le sentier traverse des campagnes jadis cultivées en témoigne les murs encore bien conservés des restanques (ou Faisses/Faïsses)

Randonnée très plaisante, accompagnée jusqu’à notre arrivée à Sigale par la douceur et l’ensoleillement de ce début novembre.

Thierry.

Sallagriffon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau