Ste Croix

Randonnue au lac de Ste Croix

Samedi 24 juillet 2010 : Sainte Croix


Au programme aujourd'hui, une randonnue de jour suivie d'un bain dans le lac de Ste Croix, d'un pique-nique au  bord de l'eau et d'une fin de rando nocturne : c'est pleine lune, l'occasion de faire une randonnue du nuit.


Nous sommes six : Françoise et François, Nadine et Philippe, Liliane et moi. Je pensais que ce programme attirerait plus de monde, mais comme j'aime mieux les petits groupes que les grands, je suis satisfait. Satisfait aussi que Liliane vienne. En partie grâce à la présence d'autres femmes. Merci.


Nous démarrons de Bauduen (83) vers 15h30, alors que le soleil est encore assez fort, mais grâce à un vent modéré, la chaleur n'est pas excessive.
Un petit bout de route, puis la piste devient caillouteuse. Contre toute attente, à cette heure et en ce lieu, nous croisons quelques personnes : famille, couple, voiture même !


Au sommet de la côte (moins de 200 m de dénivelée) nous faisons une pause avant de descendre le sentier, pentu et caillouteux, au milieu de la forêt, c'est à dire bien ombragé, qui nous mène au bord du lac.


Une surprise, c'est une biche (ou un chevreuil – à cette distance c'est difficile à dire) qui est arrêtée au milieu du chemin. Juste le temps de faire une photo. Puis une autre (un autre ?) quelques centaines de mètres plus loin, mais trop rapide celle-là.


Nous voici au bord du lac. Le niveau de l'eau est haut : les arbres (saules, peupliers) ont les pieds dans l'eau. Il y a du monde arrêté un peu partout, ce qui fait que nous nous habillons pour cette partie du trajet.


Nous prenons un premier bain, nus bien sûr, quand même ! 


L'eau est bonne, mais nous sommes à l'ombre et le vent n'est pas chaud. Nous repartons bientôt vers des lieux plus ensoleillés, en longeant le lac, dans un mélange de sable, de cailloux et de terre. Toujours des groupes, des familles, des pêcheurs, avec nombre de voitures et de camping cars. A noter l'absence quasi totale de naturistes.


Fin de la piste carrossable. A partir de là, nous ne devrions plus rencontrer grand monde. Il est temps de reprendre notre tenue préférée. Le GR, très agréable au début, devient pentu, sur le rocher.


Selon mon souvenir (d'il y a dix ans) et selon la carte IGN (prise sur Géoportail), la zone rocheuse doit être courte et facile. En fait, elle est longue, très pentue et difficile, en particulier parce que la roche calcaire est polie par les nombreux passages de chaussures, et donc très glissante. Le GR actuel ne suit pas le tracé de la carte. Depuis combien de temps ? Où est passé l'ancien tracé ? Effondrement ou quoi ? Qui saurait répondre ?


Si j'avais connu la difficulté de cette partie, je n'aurais pas prévu cette rando, surtout de nuit, bien que je prévoyais de passer la zone rocheuse avant la nuit, ce que nous avons fait, heureusement. 


Au bord du sentier, un essaim d'abeille est arrêté sur les arbustes. Piqure pour moi tandis que j'en prends une photo.


Nous nous arrêtons à nouveau pour un autre bain, et pour le repas du soir. Le soleil se couche, la température baisse. Nous repartons avant que le jour disparaisse. De toutes façons, une autre erreur quant à l'orientation fait que la lune, cachée par la montagne et les arbres, ne nous serait apparue que très tard sur notre trajet.


La lumière, la température et une camionnette de la gendarmerie garée à l'extrémité carrossable de notre chemin de retour nous contraignent à terminer la journée en randonnée et non en randonnue.


Nous avons droit à un beau coucher de soleil. Et le clair de lune sur le lac, à notre arrivée aux voitures, n'est pas mal non plus.

Guy.